dimanche 29 août 2010

Shawville

Nous séjournons depuis hier dans un parc de la municipalité de Shawville.
Pour une rare fois, nous avons toutes les commodités : eau, électricité, internet
et les égouts à proximité. On est dans le luxe!







Sympathique, non, avec ses gros yeux globuleux ?


Maintenant, que Camille me laisse lire en paix.

Mansfield en vélo

Nous voilà à Mansfield, près de Fort-Coulonge, où nous sommes resté deux jours.

Le plus long pont couvert au Québec.



Promenade à vélo




Spécimen vu sur le chemin. Une reine fourmi en train de creuser la première galerie d'une future fourmilière. Camille ne décollait plus. Si je ne l'avais pas entraîné avec moi, il serait encore là à l'observer.


Petit pique-nique.


Images bucoliques.




Sheenboro en images





Voici quelques photos du terrain de M. Vince et Mme Lorna.
J'ai rencontré Mme Lorna au parc, bien que nous ne parlions
pas la langue de l'autre, nous avons pu nous comprendre. Elle
nous a offert de nous stationner sur son terrain.








En plus, le couple nous a donné des légumes de son
magnifique jardin. Hummm! Ils étaient vraiment délicieux!
Merci à vous deux de votre accueil.

Notre trajet



Voyez à droite le nouvel outil qui vous permet de suivre l'itinéraire que nous avons accompli depuis notre départ. Enjoyez !

jeudi 26 août 2010

Pas de peintures rupestres

Finalement, à cause de la pluie et de la route fort fort mauvaise, nous avons décidé de laisser tomber la visite au site des peintures rupestres. De plus, selon Vince, lesdites peintures sont quasi-impossibles à apercevoir de la rive de la rivière des Outaouais. Il faut plutôt se trouver un canot quelque part et, encore là (toujours selon Vince), ça prend un œil expert pour reconnaître l'œuvre des anciens Algoquins des simples taches sur la pierre.

Tant pis.

mercredi 25 août 2010

Sheenboro

Nous venons de découvrir qu'à Sheenboro, il y a des peintures rupestres algonquines à voir (du moins, dans les environs). Un couple très sympathique nous a proposé de stationner Matamata dans leur cour.

Demain (sous réserve de pluie), nous prendrons les vélos et roulerons les quelques 30 km qui nous mèneront au site. On n'y va pas en VR parce que la route est mauvaise et que les pentes sont fort abruptes. D'Ailleurs, tout à l'heure, j'y vais en pick-up avec Vince, notre hôte, pour déterminer si c'est roulable.

Plus de détails plus tard sur cet écran dont vous ne pouvez plus vous passer.

lundi 23 août 2010

De Petawawa à Pembroke

Nous avons passé une nuitée dans un camping de Petawawa sur un très grand terrain boisé où nous n'avions aucun voisin ni à droite ni à gauche. Il pleuvait à pleins nuages, en ce dimanche soir où tous les vacanciers (ou presque) étaient retournés chez eux.

Tranquillité sans ambages.

Le lendemain (ce matin), nous aurions aimé rester dans cette ville, quoique sans nous limiter au camping, trop retiré de la ville, mais la madame à la municipalité, avec de gros yeux méchants, nous a dit qu'on n'avait pas le droit de rester comme ça à dormir n'importe où sur des stationnements. Ça ne se fait pas. Non, môssieur.

Donc, on est parti dépenser nos sous à Pembroke. Nah, les gros yeux !

Ici, on paie pour un service internet ("Hotspot"), 10$ pour 48 heures. Faudra donc rester assez longtemps pour justifier ma dépense. C'est comme ça. (Hou ! Les gros yeux.) Peut-être qu'on va prendre le camping municipal ; il a l'air bien et Nancy dit que le monsieur lui a paru très sympathique. On verra plus tard. Pour le moment, nous sommes stationnés près du stade de baseball... et d'une cabane à patates frites.

dimanche 22 août 2010

Deep River

Parc, plage et marina :









Un futur projet, peut-être... vivre sur une péniche.





C'est à l'arrière de cette bâtisse que l'on nous a permis de stationner Matamata.
Merci aux gens de Deep River pour leur accueil chaleureux.

Vidange de Matamata

Vidange sous la pluie et les orages.




Pendant que Camille s'occupe des eaux sombres, je m'occupe des eaux claires...




Un monsieur qui passait par là, sous les orages et la pluie, dit à Camille : "Hum! Beau temps pour faire les vidanges de votre caravane". Camille lui répond, du tac au tac comme à son habitude : " Hum! Beau temps pour prendre une marche!"









La traversée vers l'Ontario :

samedi 21 août 2010

Finalement... Deep River, Ontario, fort sympathique !

Ben finalement, on ne regrette pas du tout Mattawa. Pas avec le village de Deep River qu'on adore. Très calme, très tranquille, avec des gens éminemment sympathiques.

Il n'y a pas de Tourist Information Center, ici, la belle affaire ! Un gars m'a même abordé (et en français, SVP) dans l'épicerie du village pour nous inviter à stationner Matamata en arrière du club des vétérans de la Légion (Forces armées canadiennes). Et on a un lien internet !

Hier, je suis allé fraterniser avec les membres du club qui sont très contents d'accueillir des visiteurs dans leur patelin. Ça change. Super zen.

Dommage qu'il pleuve, car, Nancy et moi, on irait se promener le long de la promenade de la rivière des Outaouais et de la marina, promenade et marina construites l'an dernier... par des bénévoles ! On verra (en fonction de nos besoins pour vidanger les eaux usées) si on peut rester plus longtemps à cet endroit très accueillant.

vendredi 20 août 2010

Reste pas icitte !

Depuis notre départ, Nancy et moi avons eu à nous informer à la très grande majorité des kiosques d'information touristique des villes par où nous sommes passés. Nous avons pu apprécier la qualité (et les défauts) de la plupart d'entre eux.

Pour le moment, soyons un peu sexistes, je vous avoue que nous avons été drôlement mieux servis par les filles que par les gars. Allez savoir pourquoi. Un hasard, peut-être. Enfin.

La palme de la gentillesse et de la qualité revient aux jeunes filles de Val-d'Or qui, à mon point de vue, sont de formidables ambassadrices de leur patelin. Idem pour les filles de La Sarre. Idem pour Annie à Radisson (mais je ne parlerai pas de son collègue).

En Ontario, on tombe de haut. De très haut. À North Bay, le gars qui nous a répondu était si blasé qu'il fallait presque crier entre deux réponses pour le réveiller. Mais le fond du fond du tréfonds du goufre revient à la préposée de Mattawa. Quelle horreur !

J'avais entendu dire beaucoup de bien de cette petite ville. J'étais même excité à l'idée de visiter ce lieu empreint d'Histoire où les Champlain, Brûlé et Radisson ont remonté la rivière des Outaouais au XVIIe siècle. On va donc s'informer à la préposée qui parle français (avec ce tutoiement typique aux anglophones) :

⎯ Peut-on stationner notre VR quelque part dans les alentours ?
⎯ Ah non, si t'as un "aRVi", tu dois retourner 15 km plus loin dans un Campground du Park.
⎯ Retourner ? Mais on vient ici pour visiter. Et on s'en va ensuite dans la direction opposée vers Pembroke.
⎯ Dans ce cas-là, faut que tu fasses 20 km dans l'autre bord.
⎯ Et pour visiter ici ? Y a-t-il des sites intéressants ? On passerait un petit moment.
⎯ Y a pas grand chose icitte. On a bien un museum, mais ça vaut pas la peine.
⎯ Ah bon ?
⎯ Moé, à ta place, je continuerais mon chemin.

Méchante ambassadrice de sa ville.

On est partis. Fâchés. Sans voir de Mattawa autre chose que son Tourist Information Center.

Ce soir, nous soupons à Deep River à 105 km de Mattawa. On va essayer de passer la nuit dans le coin.

Mais je sais que demain, quand je serai calmé, je vais regretter de ne pas avoir vu Mattawa.

mercredi 18 août 2010

Randonnée à Témiscaming

La chute et le ruisseau Gordon




Randonnée vers un belvédère



Vue de Témiscaming, à partir du belvédère

Fort de Témiscamingue, Obadjiwan



Maquette de la vie quotidienne de l'époque :

Echange de peaux contre divers articles, dont des armes.

Fabrication d'un canot d'écorce :

Sur le site, la vie est racontée par une guide
comédienne fort sympathique, surnommée Petit-Ours.